Chroniques Point Zéro
 

Ali et Ali sont dans un compte offshore

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.05.17 | 12h00 Réagissez


A-t-on le droit d’être riche en Algérie ? En théorie non, c’est mal vu par les gardiens de parking et les lois du pays sont assez restrictives en la matière. En pratique si, il y a d’ailleurs beaucoup de riches, reconnaissables à leurs belles voitures et leur façon désinvolte d’acheter des avocats à 2000 DA le kilo. Mais un riche, s’il est envié, est toujours suspect, car l’Algérie n’est pas un pays libéral, pour gagner beaucoup d’argent, il faut être appuyé par des hommes et des structures de l’Etat.

Ce qui explique que les récentes enquêtes n’ont pas été faites par les organismes algériens de lutte contre la corruption, mais par des médias internationaux, révélant d’impressionnantes fuites de capitaux de la part de personnages publics, dont les deux derniers sont Ali Benouari et Ali Haddad. Le premier a été ministre, le second est le patron des patrons. Mais le premier était riche avant d’être ministre et est résident suisse. Il n’a donc de comptes à rendre qu’à la Suisse.

Le second par contre n’est devenu riche qu’après avoir approché le frère offshore du président, et a amassé une fortune grâce à la commande publique. Il est officiellement résidant algérien et doit déclarer ses entreprises à l’étranger et expliquer comment il a sorti l’argent d’Algérie. Les deux sont donc riches, mais les deux cas ne sont pas les mêmes, et pour le deuxième, c’est toute la marge entre l’officiel et l’officieux. Il n’a cessé de vanter l’emprunt obligataire et la lutte contre l’informel, tout en condamnant l’évasion fiscale et la grammaire française.

Il n’est évidemment pas le seul, plusieurs ministres actuels ont des comptes offshore non déclarés, et c’est là où l’Algérie est un pays magnifique, prospère sans être libéral. Un ministre commande des travaux à un entrepreneur, il le paye en costume avec l’argent de l’Etat et les deux se retrouvent en short dans un paradis fiscal privé. Qui a gagné ? Tout le monde. Qui a perdu ? Tout le monde. Mais les deux mondes ne sont pas les mêmes.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...