Chroniques Point Zéro
 

Ethnologie du peuple yourid

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.02.17 | 10h00 Réagissez


Macron, reçu comme un Président, a dû lire le quotidien français Le Monde avant d’atterrir en Algérie, qui s’inquiétait il y a quelques jours d’une «pénurie de cannabis à Alger». Le journal du milliardaire Drahi relevait que le cannabis, complément alimentaire préféré des Algérois, manquait, indice d’un déséquilibre des champs de la conscience.

Effectivement, comme les bananes, les 4x4 et les cacahuètes, le prix du cannabis a doublé alors que, normalement, il n’est soumis ni aux impôts ni à une quelconque augmentation de la TVA. Ce qui pourrait faire augmenter les risques de contestation sociale. L’addiction des Algériens à cette plante locale millénaire est connue, tout comme les chiffres, une centaine de tonnes de cannabis est ainsi saisie chaque année, pour l’essentiel en provenance de l’Ouest, mais 500 tonnes d’essence de contrebande sont aussi saisies par an, ce qui impliquerait que les échanges commerciaux illégaux entre l’Algérie et le Maroc sont en voie de s’équilibrer avec l’augmentation des prix du carburant.

Ce qui nous renvoie aux questions d’époque sur les avancées sociales, comme le droit à l’avortement, les libertés collectives et individuelles, et bien sûr la légalisation ou pas du cannabis. L’Algérie n’en est pas encore là, mais puisqu'aucun institut de sondage n’est toléré, aucun Algérien ne sait ce que pensent réellement les autres Algériens.

On se rappelle simplement du Printemps arabe et sa chanson phare Cha3b yourid isqat ennidam, (Le peuple veut la chute du régime), immédiatement tourné en dérision par les jeunes Algériens avec leur cha3b yourid ezatla batel, (Le peuple veut du cannabis gratuitement), comme un slogan apolitique pour dire que tout va bien, à condition que les drogues douces soient disponibles gratuitement. Reste la politique de voisinage : l’Algérie, qui accusait le Maroc de faire entrer du cannabis pour la déstabiliser, va probablement maintenant l’accuser d’avoir arrêté les livraisons... Pour la déstabiliser.

Chawki Amari
 
Du même auteur
Le monde vu d’Alger (1) la France
Jusque-là, tout va bien
250 dinars par jour
Le clonage comme transition démocratique
Pour un dessalement total de l’eau de mer
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie