Chroniques Point Zéro
 

Nekkaz le sauteur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.02.18 | 12h00 Réagissez


Il y a ceux qui partent. On les voit dans les mers malgré le mauvais temps, femmes et hommes entassés dans des barques mixtes. Il y a ceux qui rentrent, Algériens de l’étranger qui ont décidé d’investir chez eux avec tous les déboires, fraction de ces 200 000 chefs d’entreprise de la diaspora et leur chiffre d’affaires de 100 milliards d’euros à capter. Entre ces deux catégories, il y a ceux qui essaient de rentrer, sortir, tentent de bouger et de créer des courants d’air. Le cas de Rachid Nekkaz est exemplaire à ce titre ; déjà expulsé d’Alger vers Paris à cause de son activisme, il est tabassé en France par le fils du moudjahid Saadani du FLN, qui évidemment vit à Paris dans le luxueux appartement de son père.

L’année dernière, arrivé à Béjaïa fêter Yennayer, il est de nouveau expulsé mais vers Alger. Il y a quelques jours, prenant un vol de Paris vers Tunis, il est expulsé par les Tunisiens mais vers Annaba, alors qu’une expulsion se fait toujours vers l’origine du vol. Un grand voyageur, qui a même été expulsé de Birmanie parti soutenir les Royinghas, menacé d’expulsion dans une ville française par le Front national alors qu’il y était en toute légalité pour payer l’amende d’une Française Hélène, qui porte un niqab, Nekkaz précisant être «contre le port du niqab» mais «lutter pour la liberté de chacun». Que doit-il faire ? Poursuivre ses voyages et dénonciations, comme celle qu’il avait organisée devant l’appartement parisien de l’ancien ministre de l’Industrie Bouchouareb, millionnaire en dollars ? Ou se taire et rentrer dans le rang ? Poursuivre ses voyages d’expulsions en expulsions alors qu’il possède un passeport algérien délivré par les autorités officielles du pays ? C’est toute la question, rester ou partir. Rester en étant ailleurs dans sa tête ou partir en laissant son cœur ici. Avec toutes ces hésitations et va-et-vient, l’Algérie pourrait gagner énormément en billets d’avion sur le tourisme existentiel. Dommage qu’ils soient parmi les plus chers au monde.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...