Chroniques Point Zéro
 

Pour des visites présidentielles fériées, chômées et payées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.05.18 | 12h00 Réagissez


On ne sait pas comment ils font dans les autres pays, mais en Algérie, quand le Président sort, c'est toute la ville qui est bloquée, gelée, incapable du moindre mouvement, à l'arrêt total, paralysée comme pour une heure de pointe qui dure 6 heures. Le Président ne quitte que rarement sa résidence médicalisée, mais quand il le fait, tout le monde préfère rentrer chez lui, pas chez Lui, le Président, mais chez soi, chacun chez soi en attendant la fin de cette opération qui consiste à mettre à l'arrêt toute une capitale pour aller visiter un chantier. Entrées et sorties fermées, autoroutes, routes, rues et rocades impossibles à emprunter, frein à main et mal en patience avec des embouteillages monstres se créant à des kilomètres du lieu de passage ou de l'inauguration présidentielle, comme si les routes avaient disparu de la circulation. C'est ce qui s'est passé encore hier où ceux qui avaient des choses à régler, des enfants à récupérer, des courses à faire ou simplement travaillaient, ont dû regretter de ne pas avoir cotisé pour acheter un hélicoptère Tahkout au Président.

Ce qui ne résout pas la question, pourquoi une ville doit-elle être paralysée pour la sortie d'un Président ? Zèle sécuritaire, véritable paranoïa ou choix de multiples itinéraires à bloquer pour déjouer les attentats au couteau ? On ne sait pas, mais du coup, l'Algérois, champion mondial de la critique, se retrouve dans un dilemme assez particulier, d'un côté il se plaint que le Président ne bouge pas et de l'autre il se plaint qu'il bouge en bloquant tout le monde. Quelle est la solution ? Qu'il bouge mais sans pour autant arrêter le mouvement des autres ou plus simplement qu'à chaque sortie présidentielle, l'Etat déclare la journée fériée, chômée et payée, ou encore qu'il organise ses visites le vendredi comme tout le monde. Oui, chacun aura remarqué qu'il n'inaugure que des lieux de culte, mosquées et zaouias, au lieu d'universités ou d'hôpitaux. Quel est le message ? Les temps vont être durs, il faut prier ?

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...