Pages hebdo Arts et lettres
 

Sauver «la famine en Algérie» !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.02.18 | 12h00 Réagissez

Guillaumet nous revient aujourd’hui à travers une belle aventure artistique qui consistera à sauver un tableau récemment découvert dans les réserves du musée Cirta de Constantine, roulé et en mauvais état.

Il s’agit de réunir par crowdfunding (financement participatif) la somme de 25 000 euros pour restaurer cette œuvre, l’inclure dans la grande exposition «L’Algérie de Guillaumet» qui parcourra la France de juin 2018 à août 2019 (La Rochelle, Limoges, Roubaix, Agen) avant de retourner en Algérie.

Ce tableau de G. A. Guillaumet, de grand format (3,20 x 2, 34 cm), intitulé «La Famine» est présenté dans l’appel comme «un témoin unique». L’argumentaire précise : «Témoin de la conquête de l’Algérie et de l’histoire coloniale, Guillaumet a consacré la totalité de son œuvre à ce pays du Maghreb, dans lequel il séjourne longuement, parcourant d’un bout à l’autre le Territoire militaire.

Dans La Famine, il dénonce une situation dramatique, qui décime le pays entre 1866 et 1868 : un tiers environ de la population algérienne périt alors, touchée par les épidémies et la famine. En métropole, les pouvoirs publics et l’opinion sont alertés par ce "fléau" qui n’est pas seulement imputable à la sécheresse, mais aussi à l’extrême paupérisation des populations rurales algériennes, dans le cadre de la colonisation qui confisque leurs terres.

Dans ce grand tableau où les figures sont peintes à échelle humaine, le jeune artiste dépeint ce motif avec les moyens de la peinture d’histoire, à la manière des ‘Scènes de massacre de Scio’ de Delacroix, qu’il admire : révolté, il veut indigner le public et susciter sa compassion pour les victimes. Guillaumet est le seul peintre français à avoir tenté de figurer cet épisode tragique de l’histoire coloniale, en présentant son tableau au Salon de 1869. Ce tableau jette une lumière nouvelle sur l’œuvre de Guillaumet, aujourd’hui connu surtout par une sage peinture de genre.

Sa restauration permettra de restituer à l’Algérie un témoignage unique de l’un des moments les plus sombres de son histoire pendant la période coloniale, peint avec empathie par un artiste français témoin de ces événements.»  L’appel est lancé par l’Association des amis des musées d’art et d’histoire en soutien à quatre musées français porteurs du projet d’exposition, en partenariat avec le musée Cirta de Constantine.

Il s’agit des Musées des Beaux-Arts de La Rochelle et de Limoges, du Musée d’art et d’industrie R. Diligent et de La Piscine de Roubaix. Avant-hier, 52 % de la somme demandée avait été réunie (5530 euros) avec 82 contributeurs et il reste aujourd’hui 45 jours avant la clôture de l’appel. Signalons que si la collecte dépasse son objectif, le surplus contribuera à financer un film de la réalisatrice algérienne, Habiba Djahnine, intitulé D’un désert à l’autre.

Le supplément Arts & Lettres d’El Watan invite ses lecteurs et lectrices en mesure d’y contribuer, même modestement, à soutenir ce projet de sauvetage d’une œuvre importante du patrimoine national. Détails sur la plate-forme Dartagnans
(https://dartagnans.fr/fr/projects/un-exceptionnel-tableau-de-guillaumet-a-sauver/campaign)

A & L
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...