Régions Centre Actu Centre
 

Hassi R’mel (Laghouat) : L’ANEM pointée du doigt

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.12.17 | 12h00 Réagissez

Les chômeurs de la zone industrielle de Hassi R’mel ne savent plus à quel saint se vouer devant les dépassements enregistrés dans le secteur de travail,  notamment au niveau de l’ANEM de Hassi R’mel, qui se trouve dans la nouvelle ville de Bellil. Cette dernière, selon les chômeurs, n’assume plus ses prestations de service public en matière d’offre d’emplois.

«A l’ANEM de Bellil, il n’y a que deux ou trois fonctionnaires chargés des dossiers de carte de demandeur d’emploi, tandis que les offres d’emploi sont traitées dans d’autres agences situées en dehors de Hassi R’mel pour des raisons inexpliquées et confuses», témoigne un des chômeurs de Hassi R’mel. Les chômeurs ont soulevé un autre problème qu’ils rencontrent à l’ANEM de leur localité, soit l’état lamentable de son siège et les conditions déplorables de l’accueil. «Nous sommes accueillis dans cette structure comme des criminels ou des prisonniers !», déplore notre interlocuteur. C’est le même cas dans les deux annexes de L’ANEM de Bellil, qui se trouvent, l’une dans la commune de Hassi Delaâ et l’autre dans la zone industrielle de Hassi R’mel, ces dernières demeurent loin de répondre aux besoins des chômeurs de la région où elles  enregistrent un manque flagrant de fonctionnaires et une absence considérable de mobilier de bureau. Le nouveau système de recrutement,

«El Wassite», n’est pas, quant à lui, encore installé dans ces antennes. «Cette situation a poussé les chômeurs de la région à se diriger vers l’ANEM de Bellil, située à plus de 50 km de chaque commune, pour de simples opérations, comme le renouvellement de la carte», explique Mbarek, un jeune licencié chômeur de Hassi Delaâ rencontré devant l’ANEM de Bellil pour juste renouveler sa carte. Les jeunes chômeurs lancent un cri de détresse aux hauts responsables pour raccorder ces annexes par le système «El Wassit» pour améliorer leur service et les équiper en matériel nécessaire afin qu’elles soient capables d’assurer les besoins des chômeurs.

Par ailleurs, les demandeurs d’emploi dénoncent également l’absence du responsable de l’ANEM de son bureau depuis longtemps. «Le chef d’agence de l’ANEM de Hassi R’mel ne respecte pas les lois relatives au travail, notamment le décret exécutif n° 06-77, qui incite dans son article (5) l’ANEM à assurer l’accueil, l’information, l’orientation et le placement des demandeurs d’emploi… Il est souvent absent de son bureau et n’organise aucune journée de réception pour nous !», précise  Maâmir L., un autre chômeur de Hassi R’mel rencontré devant l’ANEM de Bellil, avant d’ajouter : «De ce fait, des chômeurs revendiquent le départ du chef de l’ANEM et l’installation d’une autre personne pour gérer cette structure et traiter les revendications des demandeurs d’emploi.

Aussi, on demande que les offres de travail soient affichées publiquement. Il n’y a pas de transparence dans les offres d’emploi. Tout se négocie sous la table.»
 

Taleb Badreddine
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...