Régions Est Jijel
 

Khennouf Hanane. Maître-assistante à l’université de Jijel

«Nos responsables doivent s’intéresser à ce que fait l’université»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.04.18 | 12h00 Réagissez


  Propos recueillis par Amor Z.
 

Qu’en est-il de cet intérêt que vous portez aux dunes de Sidi Abdelaziz ?

Pour commencer, aucun écosystème ne doit être négligé. Dans la nature, tout se complète pour permettre aux êtres vivants de vivre en équilibre, et tout déséquilibre est une pathologie. Dans mon travail de thèse, qui n’a malheureusement pas encore été soutenue, je propose ce site parmi trois ou quatre à préserver immédiatement, pour l’importance écologique et patrimoniale qu’ils représentent, notamment pour les faveurs dont notre région a été dotée depuis des milliers d’années au moins.

Les spécialistes dans les différentes disciplines de géologie, de biologie et autres, pourront vanter les privilèges de notre région jusqu’à la fin de leurs jours, mais pourront-ils les voir jusqu’à la fin de leurs jours ? Les Occidentaux font de leur mieux depuis des décennies pour réhabiliter leurs écosystèmes littoraux, notamment dunaires, qu’ils avaient détruits, afin de protéger leurs villes et leurs vies. La bétonisation des écosystèmes les plus sensibles est tout à fait «démodée» et dénoncée actuellement.

Comment allez-vous agir maintenant que ces dunes ont été détruites ?

Malgré toutes les perturbations qu’il subit, le cordon dunaire en question est l’habitat naturel de certaines espèces végétales très rares, ce qui engendrerait en parallèle la cohabitation d’espèces animales (ou autres) aussi intéressantes, que nous les biologistes n’avons pas encore étudiées.

De mon côté, je continue à solliciter l’intervention des autorités pour préserver ce qui en reste, et ranimer les trésors déjà enfouis sous les tonnes de sable balayées depuis environ trois semaines, en commençant par les dégager. Une plante, la «Silenerosulata sbsp. rosulata», qui ne se trouve que dans ce site, en une seule colonie, est actuellement complètement enfouie. Je n’en trouve pas la trace aujourd’hui.

Une collègue a commencé la recherche d’éventuelles facultés médicinales de cette plante depuis à peine deux mois. Une deuxième a commencé à travailler sur sa carte génétique sous la direction d’un expert français, Errol Vela, qui a lui-même fait l’identification.

L’importance du site du côté écologique et biologique m’a incitée à réfléchir à un programme de protection de nature écotouristique, qui ajouterait à la commune de Sidi Abdelaziz un attrait esthétique à envier et garderait aux chercheurs l’avantage d’un site aussi facile d’accès.

Malheureusement, c’est la destruction qui était plus rapide. Avant la publication de mon article scientifique, qui devait mettre en aval l’importance de la biodiversité végétale de l’écosystème, il commence à disparaître. La situation n’est pas encore tout à fait désespérante, j’ose espérer qu’avec l’aide des autorités concernées et des spécialistes nous arriverons à préserver, ne serait-ce que les échantillons de dunes naturelles qui restent.

Quel message voulez-vous transmettre sur l’intérêt des études que vous menez ?

Je préfère ne pas trop m’étaler sur les études que je suis en train de mener, mais j’aimerais tant dire que si nous mettons la main dans la main pour le bien de notre pays nous gagnerons, non seulement des salaires, mais surtout, et là est le plus important, notre dignité.
Si nos travaux scientifiques restent noir sur blanc, si nos lois et nos décrets ressemblent à des panneaux publicitaires que personne ne regarde, il serait alors plus utile de ne plus rien faire.

A l’université et ailleurs, nous avons du savoir-faire, de l’expérience et des projets de futurs cadres que nous voyons devant nous en donnant nos cours. Il faut encourager les travaux de recherche et les consulter pour en faire bon usage.

Il est important que nos responsables, dans notre wilaya ou dans le reste du pays, s’intéressent à ce que fait l’université et c’est dans leur intérêt d’avoir un contact de collaboration permanent avec les chercheurs et les scientifiques, dont le conseil est non seulement précieux, mais il est gratuit !

Zouikri Amor
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...