Régions Est Setif
 

mMis en service il y a un mois à Sétif

Le tramway facilite la mobilité de la population

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.06.18 | 12h00 Réagissez


La mise en service du tramway, le 8 mai dernier, coïncidant avec la célébration du 73e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945, toujours vivaces dans les mémoires, a quelque peu métamorphosé une partie de la ville de Sétif. Laquelle a, faut-il le rappeler une autre fois, souffert des décennies durant d’une flotte de bus d’un autre temps.

Tout au long de l’itinéraire de ce mode de transport non polluant, les vieux tacots sont non seulement boudés, mais se font de plus en plus rares, au grand bonheur des usagers des transports en commun. «Le tramway va régler beaucoup de problèmes même si beaucoup de choses restent à faire. Dieu merci, on se déplace d’un coin à un autre de la ville dans d’excellentes conditions. L’insalubrité et les innombrables désagréments causés par des tacots d’une autre époque sont derrière nous. Le temps du «pousse-toi pour que je puisse monter» est révolu. La protection et la préservation de ce bien collectif qui a coûté beaucoup au Trésor public et en devises fortes s’il vous plaît sont l’affaire des usagers, en premier lieu.

D’autant que des appareils de compostage des billets de certains wagons ne sont plus fonctionnels, un mois après sa mise en service. Les responsables de la maintenance doivent réparer ces machines. Le temps de passage, supposé de quatre minutes n’est toujours pas au rendez-vous. Il faut par ailleurs souligner que les rames sont dépourvues de tringles. Les usagers faisant le trajet debout perdent facilement leur équilibre», soulignent, non sans fierté, les nouveaux habitués du tram. Fonctionnant de 7 h jusqu’à 1 heure, ces horaires font l’affaire des noctambules et des familles ne faisant plus face aux contraintes du manque de transport à une certaine heure de la nuit, surtout en période de Ramadhan : «Avec le tramway, on n’a plus de problème de transport. Après la rupture du jeûne, on descend en ville pour y flâner et faire des courses. On prend tout notre temps», nous confient des familles rencontrées sur les lieux.

Des fonctionnaires et pères de famille laissent désormais leur voiture au garage. «Les contraintes liées à la voiture font désormais partie du passé. Pour mes courses ou pour rejoindre mon poste de travail, j’emprunte désormais le tramway -très pratique. Je ne me fais plus de soucis pour le stationnement de mon véhicule que je n’utilise que durant le week-end et les jours fériés. Je ne suis pas le seul à adopter une telle démarche. Des collègues et de nombreux fonctionnaires ont, eux aussi, franchi le pas», révèle Mourad, un jeune cadre d’une banque publique.
 

Kamel Beniaiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie