Régions Kabylie Boumerdes
 

Université M’Hamed Bougara de Boumerdès

4e Congrès des mathématiciens algériens

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.05.18 | 12h00 Réagissez

La salle de conférences de la faculté des sciences de l’université M’hamed Bougara a abrité, ce week-end, le 4e Congrès des mathématiciens algériens (CMA).

Au cours de la séance plénière, le doyen des professeurs de mathématiques, M. Benzaghou, de la faculté d’Alger, a relaté l’historique de l’Association des mathématiciens Algériens (SMA), créée au lendemain de l’indépendance, avant de devenir en 2010 la Société des mathématiciens algériens. Il a également mis en valeur l’importance des mathématiques dans le développement d’un pays en faisant la distinction entre la mathématique, discipline générale, et les mathématiques qui englobent les différentes branches de cette discipline comme les mathématiques appliquées, les mathématiques fondamentales et même l’informatique.

Le recteur de l’université, M. Boutellis, s’est attaché à rappeler que «les mathématiques se trouvent au confluent de plusieurs autres disciplines aussi bien théoriques que technologiques et participent dans certains pays dans le PNB en moyenne à 10%, voire plus». La première conférence a été animée par le professeur Debbouchi Rachid de la faculté de Boumerdès en tant que président de la SMA. L’orateur a retracé les différentes étapes historiques de la société qu’il préside, ses missions et son fonctionnement.

Ainsi, les objectifs du congrès consistent à permettre aux mathématiciens algériens «de se rencontrer et de leur offrir un cadre de discussions et d’échanges d’idées relatives en premier lieu à leurs préoccupations de recherche mais aussi à la situation des mathématiques dans leur ensemble en Algérie.

C’est également une opportunité pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux.» Plusieurs thèmes ont été retenus, dont : «Algèbre et théorie des nombres», «Modélisation, analyse numérique et optimisation», «Probabilités, mathématiques financières et statistiques», «Recherche opérationnelle», «Histoire, philosophie et didactique des mathématiques», «Géométrie», «Mathématiques appliquées aux autres disciplines», etc. En outre, M. Debbouchi a fait part de ses activités au niveau national et international. Il en ressort que l’Algérie est un membre très actif dans la Société des mathématiciens africains.

Nos mathématiciens contribuent à 23% des publications scientifiques et autres travaux de recherche au niveau de cette organisation continentale, encouragée par des chefs d’Etat. Néanmoins, M. Debbouchi a relevé la faiblesse du nombre d’adhérents et l’absence de participants algériens à des manifestations internationales (concours, olympiades, etc.).

En l’absence de la présidente de la Société des mathématiciens africains, la Marocaine Mme Yacoubi, M. Debbouchi — qui est également responsable des mathématiciens d’Afrique du Nord — s’est vu confier la tâche de lire son intervention qui a retracé les grandes lignes des missions des sociétés de mathématiques et la contribution de cette discipline dans le développement de la pensée, des économies et des sciences.

Elle cite le taux de 44% dans la contribution des mathématiques dans tous les domaines d’activité et souligne leur importance dans l’enseignement. Le doyen de la faculté des sciences de Boumerdès avait, dans son allocution inaugurale, repris une citation de Ibn Khaldoun qui, déjà en son temps, avait relevé le rôle cardinal des mathématiques dans l’ouverture des esprits à la rationalité.
 

Hachemane Lakhdar
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...