Régions Sud Actu Sud
 

Des séjours au bord de la mer pour 200 enfants de Ghardaïa

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.06.18 | 18h03 Réagissez

Ils ont en rêvés, ils les ont eus, et c’est leur droit le plus absolu, leurs quelques jours de vacances au bord de la grande bleue. 

 
Eux , ce sont pas moins de 200 enfants,  âgés entre 8 et 14 ans, issus de familles démunies des 13 communes du  territoire de la wilaya de Ghardaïa, qui vont bénéficier d'un séjour de douze jours  dans des camps de colonies de vacances sur le littoral au cours de cette saison estivale 2017.
 
Selon Mohamed Lakhdar Younsi, directeur de l'action sociale de la wilaya de Ghardaïa,  « la priorité dans le bénéfice de ces séjours ira aux enfants de familles nécessiteuses, surtout ceux n'ayant pas encore découvert les plaisirs de la grande bleue». 
 
Pour ce qui a trait à l'organisation des départs en deux sessions de 100 colons pris en charge par la DASS de Boumerdès, sur les somptueux sites de Zemouri  et du Figuier, notre interlocuteur indique que la première session au profit de 100  jeunes colons, sera entamée à partir du 20 juillet  avec le retour programmée pour le 31 juillet 2018. La deuxième session, pour un 2ème contingent de 100 autres colons, est prévue du 03  au 16 Août 2018. 
 
Selon notre interlocuteur, l'encadrement se fera par des moniteurs expérimentés, des surveillants de baignade ainsi que des médecins, le tout sous la responsabilité de directeurs spécialement formés par les services de l’action sociale. Et de préciser que, « chaque moniteur prendra en charge 8 à 10 jeunes colons, et que la tutelle a insisté pour que ces derniers aient des repas consistants, variés, réguliers et équilibrés ». 
 
Pour ce qui est des activités organisées pour l'animation des séjours de ces colons, l'on fait savoir que les matinées seront consacrées à la baignade alors que les soirées verront l'organisation de sorties dans les environs du lieu de villégiature pour détente, ainsi que des séances récréatives et de travaux manuels sans oublier les traditionnelles animations de sketchs, concerts de musique, etc., qui sont l'œuvre de troupes des colons eux- mêmes ou d’invités. 
 
Des visites dans divers lieux touristiques et historiques sont  aussi au programme de ces enfants qui auront ainsi à flâner dans l’ex : Rocher Noir, siège du 1er gouvernement provisoire de la république Algérienne (GPRA), présidée alors par feu Benyouvcef Benkhedda, véritable page d’histoire de l’une des merveilleuses villes de leur grand et beau pays, l’Algérie. 
 
Il est à signaler que l'hébergement des enfants se fera dans des centres d'accueil de la DAS, qui offrent toutes les commodités pour passer d’agréables séjours. En premier lieu, la sécurité, une préoccupation très importante pour les parents, puis l’encadrement qui doit être de qualité et irréprochable, et surtout savoir réagir aux situations imprévues en appliquant les règlements en la matière. Le bord de mer demande en effet des spécificités propres à ce lieu qui peut se révéler dangereux. Enfin, il y a le programme, car pour les enfants, la colonie de vacances rime avec détente, jeux, baignades, apprentissage, visites et nouvelles connaissances. 
 
Selon Mohamed Lakhdar Younsi, directeur de l'action sociale de la wilaya de Ghardaïa, « ces exigences sont des directives strictes du wali Azzedine Mechri, qui n’a eu de cesse d’exiger que toutes les dispositions soient prises pour la réussite de ce programme qui sera entamé à compter du 20 juillet et qui s’étalera, au grand bonheur des bambins qui continueront à barboter dans la grande bleue, jusqu'au 16 du mois d’Août. »  Et comment peut-il en être autrement quand c’est d’enfants, nos enfants, les enfants de l’Algérie qu’il s’agit ? 
 
Cependant , et tel qu’il en a été pour le programme vacances et colonies de vacances pour le secteur de la jeunesse et des sports de la wilaya de Ghardaïa qui s’est retrouvé amputé de pas moins de 750 places par rapport à l’année dernière, le secteur de l’action sociale a été carrément amputé des deux tiers de son programme en quelques années, puisque en 2016 , le secteur avait bénéficié de 600 places, puis 300 en 2017, alors que le bon sens aurait voulu que ce soit le contraire c’est à dire augmenter à chaque fois le quota pour ces enfants qui vivent, en sus de la précarité,  dans des endroits au climat très dure, pour ne pas dire autre chose . 
 
Les enfants de ces régions, véritable fournaise en été, ne doivent pas être associés aux répercussions de la crise financière du pays. Toute l’année, vivant dans des régions austères et pratiquement, pour certains, dans le dénuement le plus total, bénéficier de ces quelques journées de vacances, de farniente et d’évasion restent pour eux une véritable bouée de sauvetage à laquelle ils continuent à s’agripper pour, à défaut de vivre, au sens plein et entier du terme, du moins se contenter d’exister.
                                                                                                           
Djamel – K

Mots-clés

BoumerdèsGhardaïavacances
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie