Régions Ouest Tiaret
 

Tiaret : Des habitants s’opposent à un projet immobilier

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.06.18 | 12h00 Réagissez

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées, avant-hier, après la rupture du jeûne, devant un grand terrain, qui devait à l’origine servir à abriter le siège de l’APC, pour protester pacifiquement contre sa cession à un promoteur privé.

Le terrain, situé à proximité de la cité Mohamed Djehlène, ex- «Avenir», était convoité ,mais personne n’osait le céder dans la perspective d’ériger un grand jardin qui manque tant au chef-lieu de wilaya.

D’une superficie de 16 000 m2, ce terrain, après son abandon par l’APC, car marécageux, allait accueillir le projet de réalisation d’un pôle cultuel piloté par les émirs du Golfe, mais ce projet a apparemment été abandonné pour des motifs pour l’heure inconnus. L’historique de cet espace, racheté par l’APC, reste rocambolesque. A l’aide de banderoles et de slogans, les citoyens, dont d’ex-cadres, un maire et des syndicalistes fustigeaient «l’atteinte à l’environnement» et «exigent l’intervention des autorités pour arrêter le massacre». Les protagonistes parlent de «l’incessibilité du foncier urbain appartenant à la collectivité».

La polémique enfle et d’aucuns imputent la responsabilité aux membres de l’auguste APC pour avoir cédé aux chants des sirènes. Bien qu’indisponible pour raison de réunion, le secrétaire général de l’APC «réfute» et explique que pour l’heure «aucune délibération n’est venue corroborer ces assertions et met l’accusation sur le compte de la rumeur». Des sources proches de l’APC évoquaient en aparté «une délibération prévue le 11 de ce mois pour entériner la décision d’affectation».

Comme pour enfoncer le clou, un promoteur sort une maquette sur les réseaux sociaux et parle d’un «projet destiné à la réalisation d’un ensemble urbain, d’un centre commercial avec boutiques, cafétéria, bureaux, parking et aires de détente». «Plutôt un leurre», clament presque à l’unisson certains protestataires bien encadrés par la police, avons-nous constaté sur place. Cela intervient, malheureusement, à l’heure où, hier matin, des centaines de fellahs et d’employés de la Coopérative des céréales et légumes secs (CCLS) de Sougueur se sont eux aussi rassemblés pour dénoncer la cession de l’ex-station de semences à un autre promoteur privé. En l’absence du directeur de cette entité, de même que du président de la Chambre d’agriculture, il nous a été impossible de connaître les tenants de cette autre affaire qui pointe à l’horizon.

La cession de l’ex-station de semences à la veille de la campagne moissons-battages, qui s’annonce tout de même bonne en dépit des aléas du climat, renseigne sur la volonté des pouvoirs publics de céder une grande partie des 500 sites préalablement recensés par la direction des Domaines. Nous avons, en dernier ressort, contacté le wali pour nous éclairer sur ces sujets préoccupants mais pour l’heure aucune réponse ne nous est parvenue. Nous y reviendrons.
 

Fawzi Amellal
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie